La paranoïa est un trouble mental laissant transparaître un fonctionnement mental dominé par la méfiance exagérée et une grande suspicion. Le sujet atteint a des pensées irrationnelles et un développement progressif d’idées délirantes. La cause exacte de cette pathologie n’est pas connue selon les spécialistes. Cependant, divers facteurs génétiques, neurobiologiques, environnementaux ou la combinaison de divers facteurs, pourraient jouer un rôle prépondérant. La prise en charge médicale de cette pathologie peut être difficile. Toutefois, un traitement médicamenteux et / ou psychothérapeutique peut soulager le patient des manifestations cliniques de cette pathologie.

Qu’est-ce que la paranoïa ? 

Le terme paranoïa dérive des mots grecs ‘’para’’ (à côté) et ‘’noos’’ (esprit) et signifie littéralement à côté ou à l’extérieur de l’esprit. Dans le langage courant, il est utilisé pour désigner une personne extrêmement méfiante ou manifestant une grande suspicion. 

paranoïa
Classée dans le registre des psychoses, avec des périodes de remissions suivies des poussées, la paranoïa est une pathologie mentale chronique. Le sujet atteint est victime de croyances infondées, prend ses fausses idées pour la réalité et délire.

En psychologie, la paranoïa est un trouble mental associé à des troubles du comportement, des difficultés relationnelles et un sentiment de persécution. Elle se manifeste par une perception déformée de la réalité, des idées ou des croyances exagérées. 

Le sujet est incapable de distinguer le monde interne avec les émotions, les idées du monde externe. Ainsi, pour lui, ses pensées ou ses émotions sont une réalité incontestable. Apparaissent alors des idées fausses, des croyances erronées ou des délires chez un sujet persuadé qu’il a raison.

Il y a donc un trouble de la pensée avec des idées délirantes (en désaccord avec la réalité) avec pour thèmes (contenus) la persécution, la jalousie, le complot, etc. Ce délire paranoïaque est systématisé, il est caractérisé par une cohérence interne. 

Quelles sont les causes de la paranoïa ?

L’état actuel des connaissances ne permet pas d’établir la cause exacte de la paranoïa. Cependant, plusieurs facteurs d’ordre génétique, neurobiologique, environnemental, semblent être plus ou moins déterminants dans l’apparition de cette pathologie qui peut âtre associée à la prise de certaines substances. Il se peut qu’une combinaison des facteurs génétiques et environnementaux interagissent et provoquent la paranoïa.

Les causes génétiques 

Certaines études semblent supposer un lien entre des facteurs génétiques et le déclenchement de la paranoïa. Elles mettent en avant un risque accru chez un sujet lorsqu’un des parents du premier degré a souffert de la paranoïa. 

Les causes neurobiologiques 

Des anomalies au niveau de la chimie du cerveau, avec notamment des déséquilibres chimiques cérébrales sont souvent perçues comme étant une cause de la paranoïa. A la base de cette hypothèse, les conséquences des modifications au niveau des neurotransmetteurs ou des substances chimiques du cerveau, qui pourraient avoir pour résultat des pensées paranoïaques. De même, il est établi que certaines maladies neurologiques perturbent le fonctionnement normal du cerveau.

Ces maladies (la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson, etc.) et les lésions cérébrales pourraient provoquer des troubles de la pensée, avec notamment, la manifestation des pensées paranoïaques. Ainsi, cette pathologie peut être liée à une infection ou une blessure au niveau du cerveau.

Les causes environnementales

Les événements traumatisants survenant au cours du développement de l’enfant (la carence affective, la maltraitance, la violence domestique, les formes d’abus grave) peuvent perturber le mode de raisonnement, de fonctionnement et pourraient être en cause dans l’apparition de la paranoïa. Cette pathologie peut être consécutive à un événement stressant ou traumatisant de la vie.

Les causes liées à la prise de certaines substances 

La paranoïa pourrait survenir en raison d’une consommation de certaines substances. En effet une consommation excessive des amphétamines, des stéroïdes, des cannabis, de la cocaïne, de l’alcool, de la marijuana, est mise en cause.

Les intoxications et le sevrage de certaines de ces drogues et des substances psychoactives peuvent provoquer des états paranoïaques.

Les symptômes 

La paranoïa se manifeste par des états délirants. Le caractère cohérent est susceptible de convaincre un tiers ou de susciter son adhésion. En effet, les délires paranoïaques sont organisés, construits et peuvent être très convaincants. Il existe plusieurs types de délires. 

Les délires d’interprétation 

Le délire interprétatif a pour principal thème, la persécution. Le sujet interprète tout ou presque négativement, qu’il s’agisse, d’une parole, d’un geste, d’un comportement, d’un sourire, pour percevoir des faits et gestes menaçants et dirigés contre sa personne.

Les événements n’échappent pas aux interprétations négatives de la réalité,. Ils aboutissent chez le paranoïaque, à des déductions, des suppositions erronées et à idées de persécution.

Le sujet se sent, alors, persécuté en présumant des complots contre sa personne, avec des persécuteurs issus du milieu familial ou professionnel. Pour lui, certaines personnes veulent lui faire du mal ou veulent sa mort. 

Le délire de revendication

Lorsque la paranoïa, sous la forme d’un délire de revendication apparaît, le sujet, convaincu d’avoir subi un préjudice, va demander une réparation avec de multiples procès. Il se considère comme la victime d’un préjudice ou d’une injustice. Il va œuvrer pour obtenir réparation, faire apparaître la vérité au grand jour ou pour que les coupables soient punis. 

Le délire de jalousie

Il s’installe de façon insidieuse chez le sujet paranoïaque qui interprète la moindre erreur ou tout événement anodin dans sa relation de couple comme étant un signe d’infidélité de la part de la partenaire. Le sujet est convaincu d’être trompé par la partenaire. Ce délire peut favoriser le passage à l’acte sur la partenaire ou le présumé amant.

Le délire d’érotomanie

Le délire d’érotomanie C’est la conviction délirante d’être aimée par une personne plus aisée que soi ou d’un statut social plus élevé. Ce délire peut être associé à un désir de vengeance ou à un passage à l’acte, surtout devant la passivité de l’être aimé.

homme mécontent
Traiter la paranoïa s’avère très difficile quand le patient refuse de coopérer, prétextant un complot contre sa personne.

Le traitement de la paranoïa

Le traitement du sujet paranoïaque peut être particulièrement difficile. C’est le cas surtout lorsque le sujet est agressif, convaincu qu’il n’est pas affecté par un trouble mental. C’est aussi le cas quand le patient remet en cause l’approche thérapeutique. Le traitement se complique lorsqu’il présume un complot de la part du médecin et des membres de sa famille.

Mais l’établissement d’une confiance entre le professionnel de la santé et le patient permet de surmonter ces difficultés. Une thérapie médicamenteuse ou une psychothérapie peut être initiée dans le cadre du traitement de la paranoïa.

Thérapie médicamenteuse 

Plusieurs médicaments sont utiles pour soulager les symptômes associés à la paranoïa. Il s’agit notamment des antipsychotiques contre les idées délirantes, des tranquillisants en vue de réduire l’anxiété qui peut survenir. Lorsque le malade est agressif et dangereux pour lui-même (tentative de suicide) et / ou à l’égard des autres personnes (agression physique),  une hospitalisation peut s’avérer nécessaire.

La psychothérapie

La psychothérapie aide le sujet à faire face aux symptômes de la paranoïa. Une thérapie cognitivo-comportementale peut être utile à l’identification des pensées et émotions négatives. Cela permet de mieux les contrôler et de les remplacer par des pensées productives. Cette thérapie aide le patient à réapprendre à ne pas interpréter négativement les événements et à améliorer sa capacité de fonctionnement avec un comportement normal.